LE KRACH CONTINUE

Les places boursières ont enregistré le krach le plus rapide de leur histoire. Coronavirus, contre-choc pétrolier, effet contre-productif des banques centrales. Faisons le point sur les événements qui ont perturbé les marchés cette semaine.

Les indices mondiaux ont en moyenne perdu déjà près de 30 à 40 % en un peu plus d’un mois. Enregistrant des records de vitesse de baisse. Les coupes circuits de la bourse de New York se sont activés 6 fois en deux semaines.
En comparaison, les pertes des derniers krachs important de 2001 et de 2008 se sont étalées sur plus d’un an. Aujourd’hui, l’équivalent de plus de 20000 milliards de dollars de valeurs boursières sont partis en fumée.

 

BAISSES DE TAUX SURPRISES, ÉCHEC TOTAL.

Dimanche 15 Mars 2020 au soir, la Réserve Fédérale Américaine, annonçait après une réunion d’urgence une seconde baisse de taux d’intérêt de 100 points de base, c’est à dire de 1%. Additionné à la baisse précédente de 0,5%, la Fed se retrouve désormais avec ses cartouches grillées et un taux compris entre 0-0,25%.

En plus de cela, des plans de Quantitative Easing, c’est à dire des politiques monétaires accommodantes, ont fait totalement paniquer les opérateurs qui ont liquidé leurs positions dès la réouverture des marchés à 23H.

Si la Fed en arrive à de telles extrémités, c’est que la situation est encore pire, se sont dis plusieurs investisseurs.

Dans le sillage de la Fed, d’autres banques centrales mondiales ont également baissé leurs taux et annoncé des politiques de quantitative easing, prêts ciblés, rachat d’obligations et autres outils à leur disposition.

Les banques centrales injectent encore plus d’argent, encore plus fort et encore plus vite mais en période de Krach, les effets sont de plus en plus limités à court terme. Les rebonds permettant juste aux opérateurs de sortir de position. Ce qui provoque mécaniquement des rechutes aussitôt après.

La plupart des banques centrales mondiales se retrouvent désormais avec des taux directeur entre 0-0,5%, leur laissant peu de marge de manœuvre pour l’avenir.

 

CONTRE-CHOC PÉTROLIER

Un autre facteur de la crise actuelle est le contre-choc pétrolier provoqué par les divergences entre les acteurs de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) et leurs partenaires. Le désaccord russo-saoudien ayant aboutit à des explosions de productions de barils, conduisant à un effondrement des prix jusqu’à un plus bas de 20,58 $ le baril de pétrole. Prix qui n’avait plus été vu depuis 17 ans.

L’objectif des saoudiens, acteurs capables de produire plus vite que tout les autres, est de faire chuter le prix au plus bas afin de récolter toutes les parts de ce marché, et ainsi écraser leurs concurrents russes, américains et autres pays.

Telle est l’impitoyable loi de l’offre et de la demande.

 

CORONAVIRUS, VERS UN GRIPPAGE DE L’ÉCONOMIE MONDIALE

La crise sanitaire est sans doute la plus importante depuis la grippe espagnole qui a ravagé le monde après la Première Guerre Mondiale y a 100 ans.

Après la Chine, ce sont l’Europe continentale et les États-Unis qui font office de nouveau foyer de la pandémie.

Ces pays entreprennent tous des mesures de confinement, limitant les mouvements de leur concitoyens au strict minimum : se rendre au travail, se soigner, faire leurs courses.

Un certain manque de discipline force les gouvernements à établir des règles de plus en plus drastiques : fermetures de lieux publics, interdictions d’accès aux plages, parcs, forêts, couvre feu, interdiction d’utiliser les trains pour partir en week-end ou en vacances etc….

Hormis quelques emplois de premières nécessités qui subsistent, une énorme partie du marché du travail est à l’arrêt. Ce grippage général montre les point faible du système économique mondialisé qui risque d’entraîner de nombreux acteurs vers une récession.

Tandis que les entreprises n’ont pas encore publié leurs résultats du deuxième trimestre, plusieurs analystes estiment déjà des répercussions catastrophiques sur les bilans, ainsi que sur les PIB des plus grandes puissances économiques.

 

Retrouvez-nous sur Instagram ou Facebook et rejoignez la communauté de #TradersRentables

 

 

moyenne de 5 pour 3 vote(s)

Démarrez et augmentez vos revenus grâce au trading

Obtenez une stratégie de trading gagnante, rejoignez une communauté de Traders Rentables et encaissez vos premiers gains..