La technologie de la Blockchain est indissociable du Bitcoin. En effet, elle est née en même temps que cette monnaie virtuelle créée en 2009. La Blockchain, est donc aujourd’hui complètement associée aux cryptomonnaies. Ses défenseurs y voient une véritable révolution technologique capable de changer le monde. Dans un sens c’est vrai, la Blockchain a amené à repenser le système des échanges. Elle fonctionne de manière totalement décentralisée, donc sur la confiance.  Son principe essentiel repose sur une base de données sécurisée, traçable et infalsifiable. Même si beaucoup de personnes semblent emballées par cette technologie « révolutionnaire », il n’en demeure pas moins qu’elle comporte des dangers qui ne sont pas encore totalement mesurés. Décryptage des risques de la Blockchain.

Une absence de réglementation qui crée un environnement à risque

L’absence de réglementation est considérée comme un problème majeur du Bitcoin et des cryptomonnaies qui fonctionnent avec cette technologie. Par conséquent, le risque de piratage du Blockchain est bien réel. Tout comme la clôture de la plateforme de Blockchain utilisée. Cela a peu de chance de se produire, mais il faut étudier tous les paramètres pour évaluer les risques. On peut vite être emballé par la nouveauté. Cependant, il ne faut pas perdre de vue le fait qu’il faut toujours avoir du recul sur quelque chose pour bien l’évaluer. Cela fait dix ans que la Blockchain existe, nous n’en n’avons pas encore vu tous les avantages et les inconvénients. Bien que son architecture soit complexe et que les attaques soient difficiles, le risque zéro de piratage n’existe pas.

De nombreux utilisateurs ont récemment découvert que la Blockchain est très volatile. Arnaques et manipulations y sont devenues monnaies courantes. Et c’est le manque de réglementation qui en est la cause. Le rythme des arnaques est devenu difficile à suivre et donc difficile à détecter. Ce n’est qu’une fois que l’affaire est dans le sac que certains utilisateurs se sont rendus compte qu’ils avaient été floués. L’absence de réglementation amène donc des personnes sans scrupules à exploiter les faiblesses de la Blockchain et de ses utilisateurs.

En tant qu’investisseurs, le Bitcoin ou l’Ethereum restent des valeurs plutôt sûres. Mais il y a toujours un risque de piratage, même avec ces cryptomonnaies. En réalité, le système de la Blockchain est très sécurisé. Donc ce ne sont pas vraiment les blockchains qui sont vulnérables. Ce sont les plateformes d’échanges ou les portefeuilles en ligne par exemple qui peuvent être piratés. Mais cela ternit évidemment l’image de la Blockchain. Par ailleurs, la clôture d’une plateforme ou de votre portefeuille en ligne n’est pas impossible. Il suffirait qu’un gouvernement décide de le faire pour voir s’envoler vos cryptomonnaies. Mais ce cas de figure est tout de même extrême et peu probable en l’état actuel des choses. Toutefois, ce sont les conséquences possibles du manque de réglementation de la Blockchain et il faut en être informé.

La Blockchain mal aimée du système en place mais copiée

On ne va pas se mentir, l’arrivée de la Blockchain a été vécue comme un séisme par de nombreux acteurs du système en place. Ces acteurs avaient tout intérêt à ce que la technologie de la Blockchain s’effondre. Même si cette nouvelle technologie a des avantages évidents, le monde financier ne l’aime pas vraiment. Les banques auraient préféré que la Blockchain échoue et disparaisse. Mais ce n’est pas le cas et cela fait dix ans qu’elle existe et se développe. Mal aimée et pourtant… Depuis quelques mois, plusieurs banques ont lancé leurs propres monnaies numériques. Étonnant, quand on sait à quel point les banques ont craché leur venin sur le Bitcoin.

Si les banques commencent à numériser progressivement leurs actifs, on peut se demander si leur objectif n’est pas de contrecarrer la Blockchain existante. JP Morgan (USA), MUFG (Japon), UBS (Suisse), Deutsche Bank (Allemagne), Barclays (Grande-Bretagne) se sont lancées dans ce projet. Il paraît que même en France, certaines banques y travaillent en interne. En effet, les banques gagnent beaucoup d’argent grâce à leur rôle d’intermédiaire. Perdre ce type d’opportunités à cause de la Blockchain, c’est perdre de l’argent. Donc les banques s’y mettent pour récupérer ce qu’elles pensent être leur dû historique. On copie l’ennemi et on l’adapte au système déjà existant pour conserver sa suprématie financière.

Comme on le sait, les banques ont un énorme pouvoir de pression sur les gouvernements et ceux qui font les lois. Elles ont étudié le problème et se sont rendu compte qu’il était difficile de l’endiguer. Alors plutôt que d’interdire la Blockchain qui les dérangeait tant, elles l’ont adoptée. Quelles seront les conséquences de cette nouvelle prise de position ? On ne le sait pas encore.

La Blockchain est mauvaise pour l’environnement 

Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais la Blockchain a un impact sur l’environnement non-négligeable. La quantité d’électricité nécessaire aux calculs de cette technologie est importante. Et l’énergie consommée est un problème majeur dans la Blockchain. Qui dit consommation d’énergie dit production d’électricité et donc pollution environnementale. Quand on sait que le système de vérification des transactions peut consommer plus d’énergie que certains pays européens, on peut se poser des questions.

On sait que ce qui consomme le plus d’énergie est le système de vérification des transactions du bitcoin. Ce dernier fonctionne avec le système «PoW » (Proof of Work). Même s’il a pour avantage de garantir l’inviolabilité du protocole, il est très énergivore. Car cela demande une puissance informatique considérable. Les Blockchains plus petites consomment moins d’énergie, mais il ne faut pas négliger leur impact sur l’environnement. Elles consomment elles aussi beaucoup d’énergie.

Même si des pistes sont envisagées afin de résoudre ce problème, cela prendra du temps. Et il est évident que l’histoire ne sera pas réglée en 24 heures. Comme dit précédemment, la Blockchain est une technologie récente. Et nous n’avons pas encore assez de recul sur son réel impact environnemental. Il faudra donc du temps pour que des spécialistes réfléchissent et travaillent sur cela. Et qu’ils trouvent des solutions pour réduire l’impact de la Blockchain sur l’environnement.

Pour conclure cet article

Les dangers de la Blockchain sont liés à la nouveauté de cette technologie et au peu de recul que nous avons sur elle. Il faut donc lui laisser encore le temps de se développer, l’observer et corriger ses dangers potentiels. Mais n’oubliez pas que le trading, c’est prendre des risques et cela peut devenir très rentable si vous parvenez à maitriser ces dangers ! Accédez à nos formations, pour débutants ou experts !

moyenne de 5 pour 3 vote(s)

Démarrez et augmentez vos revenus grâce au trading

Obtenez une stratégie de trading gagnante, rejoignez une communauté de Traders Rentables et encaissez vos premiers gains..