En mai dernier, Facebook a annoncé la création d’une monnaie numérique, Libra, qui sera déployée en 2020. Elle permettra aux milliards d’utilisateurs de la plate-forme à travers le monde d’effectuer des transactions financières en ligne. Cette nouvelle technologie menace de changer le paysage bancaire et fait déjà l’objet d’un examen minutieux. Tandis que Facebook est de plus en plus appelé à une réglementation et à des mesures antitrust. Alors pourquoi Facebook veut-il avoir une cryptomonnaie ? En réalité, ce n’est pas réellement la crypto-monnaie de Facebook. C’est le projet de l’association Libra, cofondée par Facebook. L’association, qui servira d’autorité monétaire pour la crypto-monnaie, affirme que le but de Libra est de « responsabiliser des milliards de personnes ». Citant ainsi 1,7 milliard d’adultes sans compte bancaire qui pourraient utiliser la monnaie. De l’autre côté, Jerome Powell, président de la réserve fédérale américaine, a fait une déclaration significative aux législateurs de la Chambre des députés. Il a dit que « la banque centrale américaine était sérieusement préoccupée » par Libra. Les Européens ont exprimé des préoccupations similaires. Alors à quoi devons-nous nous attendre avec Libra ? On vous dit tout dans cet article !

 

Qu’est-ce que Libra ?

 

Facebook dit que Libra est une « infrastructure monétaire et financière mondiale ». En d’autres termes, c’est un atout numérique construit par Facebook. Et alimenté par une nouvelle version de blockchain créée par Facebook. La blockchain étant la technologie cryptée utilisée par Bitcoin et d’autres crypto-monnaies.

Pourquoi s’appelle-t-elle Libra ? Car le nom Libra vient de la mesure romaine de base du poids. Et contrairement aux autres crypto-monnaies populaires, Libra sera liée à un ensemble de monnaies fiduciaires, qui sont soutenues par les gouvernements qui les émettent. Notamment le dollar américain, l’euro, le yen et d’autres. Facebook dit qu’elle sera également soutenu par une réserve d’actifs réels. Y compris un panier de dépôts bancaires et de titres gouvernementaux à court terme. Cela signifie que Libra va agir comme une devise couverte de manière globale et destinée à rester stable en valeur. En d’autres termes, Libra a pour but d’éviter la volatilité et les fluctuations brutales de la valeur que nous avons connue avec d’autres crypto-devises populaires telles que Bitcoin.

Le revers de ce système est que Facebook conserverait les intérêts gagnés sur ces avoirs de réserve. Ce qui est discutable étant donné que la société n’est pas un gestionnaire de fonds d’investissement. Pour les habitants des pays développés, une crypto-monnaie leur permettant de faire ce qu’ils peuvent faire avec le système bancaire actuel qui n’est pas attrayant. Cependant, pour les habitants des pays sous-développés, en particulier ceux dont la monnaie est instable, c’est différent. L’attrait d’une monnaie couverte au niveau mondial, telle que la Libra, pourrait être considérable.

 

En quoi Libra est-elle différente des autres crypto-monnaies telles que Bitcoin ?

 

Bien que Libra soit conçue pour s’appuyer sur la technologie blockchain, elle fonctionnera différemment des autres cryptodevises. Le fait que Libra soit gérée par un groupe de membres signifie que ce n’est pas vraiment ouvert et neutre. Et comme elle est soutenue par de vrais actifs, Libra n’est pas vraiment une monnaie volatile, mais plutôt un autre moyen de payer des biens. En réalité, Libra sera vraiment plus proche de la monnaie fiduciaire que de la crypto-monnaie. Mais ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose pour les amateurs de crypto.

Pourquoi Facebook lance-t-il une cryptomonnaie et est-il autorisé à le faire ?

 

Facebook affirme vouloir toucher les 1,7 milliard de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à un compte bancaire. La société est confrontée à des obstacles réglementaires et à des préoccupations antitrust. En particulier à un moment où de nombreux régulateurs veulent rompre avec Facebook. Mais aucune législation spécifique n’a été annoncée avant son lancement. Au milieu des rumeurs sur la nouvelle expansion financière de Facebook, des membres du Sénat américain ont écrit au PDG Mark Zuckerberg en mai dernier. Ils lui ont demandé des éclaircissements sur les préoccupations relatives à la protection de la vie privée.

 

Qui est responsable de Libra ?

 

La devise sera desservie par un collectif de sociétés appelé « Libra Association ». Elle fonctionne comme une « monnaie stable », indexée sur des actifs existants comme le dollar ou l’euro. Ainsi, le but est de la rendre moins sujette à la volatilité que subissent de nombreuses crypto-monnaies. Facebook décrit la Libra Association comme une organisation indépendante à but non lucratif basée en Suisse. Cette dernière remplit deux fonctions principales : valider les transactions sur la blockchain Libra et gérer la réserve. Ainsi, Libra est liée à des fonds et alloue des fonds à des causes sociales.

Au sein de cette Association, il y a un conseil d’administration appelé Conseil d’association pour Libra. Il est composé d’un représentant de chaque membre de l’association, qui votera sur les décisions politiques et opérationnelles. Facebook affirme que, bien qu’elle ait créé l’association Libra et la Blockchain Libra, une fois la devise lancée en 2020, la société se retirera de son rôle de leader. Ainsi, tous ses membres disposeront d’un nombre égal de voix dans la gouvernance de Libra. Parmi la liste des membres fondateurs de la Libra Association, on compte des sociétés telles que PayPal, Ebay, Spotify, Uber et Lyft. Mais aussi des sociétés de financement et de capital-risque telles qu’Andreessen Horowitz, Thrive Capital, Visa et Mastercard.

Comment obtenir Libra ?

 

Contrairement à Bitcoin, Ethereum (et autres cryptomonnaies), qui ne sont adossées à rien et qui sont très volatiles, Libra sera rattachée à un panier d’actifs qui ancrera sa valeur. La Libra Association n’a pas précisé quels seraient ces actifs. Mais elle a indiqué qu’ils incluraient « les dépôts bancaires et les titres publics en devises de banques centrales stables et réputées ». Donc cela suggère des monnaies mondiales majeures, comme le dollar et l’euro, qui ne fluctuent pas violemment au jour le jour. Cependant, l’offre de Libra augmentera ou diminuera en fonction de sa popularité.

Comment l’utiliser ?

Lors du lancement de la cryptomonnaie, les utilisateurs pourront télécharger Calibra, un portefeuille numérique. Il sera disponible dans Messenger, WhatsApp et en tant qu’application autonome. Calibra permettra à ses utilisateurs d’envoyer de l’argent les uns aux autres. On ne sait pas dans quels pays Libra sera lancée en premier. Bien que Facebook ait déclaré que « presque tout le monde » dans le monde avec un smartphone pourra télécharger l’application.

Est-ce sécuritaire ?

Une application financière gérée par Facebook soulève un certain nombre de problèmes de confidentialité. La société a annoncé qu’elle mettrait en œuvre des technologies pour prévenir le blanchiment d’argent et la fraude. « Nous utiliserons les mêmes processus de vérification et de lutte contre la fraude que les banques et les cartes de crédit. Nous disposerons de systèmes automatisés pour surveiller de manière proactive les activités afin de protéger et de prévenir les comportements frauduleux », a déclaré Facebook.
Il affirme également qu’il disposera d’un « support en direct » pour aider les utilisateurs qui perdent l’accès à leurs comptes. Et si un utilisateur perd de l’argent suite à une fraude, Facebook offrira des remboursements.

La Libra Blockchain de Facebook reposera sur du code source ouvert qui permettra au développeur et à la communauté des chercheurs de surveiller les failles de conception et de sécurité. La société mettra en place un programme de « bount bugs » pour inciter les experts en sécurité à signaler les vulnérabilités de la plate-forme.

 

Pour conclure, Libra suscite des réactions frileuses de la part des régulateurs, des organisations à but non lucratif et des politiciens. En effet, ils ont tous exprimé leurs préoccupations concernant le projet ambitieux de Facebook. Même le président Donald Trump a critiqué Libra, affirmant qu’elle aurait « peu de statut ou de fiabilité ». Pour le moment, Libra suscite de nombreux débats. Son lancement semble retardé. Certains parlent même déjà d’échec cuisant. Mais avant de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, laissons faire les choses. Nous verrons ce qu’il en sera d’ici quelque temps. Ce qui est sûr, c’est que Libra n’a pas fini de déchaîner les passions !

Si vous aussi vous voulez maîtriser le monde des cryptomonnaies, découvrez nos offres de formation en cliquant sur ce lien.

moyenne de 5 pour 2 vote(s)

Démarrez et augmentez vos revenus grâce au trading

Obtenez une stratégie de trading gagnante, rejoignez une communauté de Traders Rentables et encaissez vos premiers gains..