À l’heure actuelle, un portefeuille bien entretenu est essentiel au succès de tout investisseur. Le marché financier est plein de rebondissements, il faut donc sécuriser au maximum vos placements. En tant qu’investisseur individuel, vous devez apprendre à gérer votre portefeuille d’une main de maitre. Il faut savoir comment investir, en fonction de ce qui correspond le mieux à vos objectifs d’investissements personnels et à votre tolérance au risque. En d’autres termes, votre portefeuille doit répondre à vos futurs besoins en capital et vous donner une tranquillité d’esprit. Un investisseur doit donc construire son portefeuille en étant aligné sur une stratégie d’investissement bien ficelée en amont. Dans cet article, nous vous expliquons quatre étapes essentielles pour bâtir un portefeuille rentable.

Étape 1 : Déterminer la répartition de vos actifs

Déterminer votre situation financière et vos objectifs individuels est la première tâche dans la construction d’un portefeuille rentable. Les éléments importants à considérer sont l’âge que vous avez. Mais aussi le temps dont vous disposez pour accroitre vos investissements. Tout comme le montant du capital à investir et les besoins de revenus futurs. Par exemple, un jeune diplômé célibataire de 25 ans qui vient de commencer sa carrière a besoin d’une stratégie d’investissement qui lui est propre. Il a tout l’avenir devant lui pour investir et pas encore de contraintes quotidiennes limitantes. Sa stratégie d’investissement sera donc forcément différente de celle d’un homme de 55 ans, marié avec deux enfants, qui est proche de la retraite, et qui doit subvenir aux besoins de sa famille.

Un deuxième facteur à considérer est votre personnalité et votre tolérance au risque. Vous devez vous poser les bonnes questions. Par exemple, êtes-vous prêt à risquer la perte potentielle d’un peu d’argent pour obtenir possiblement de meilleurs rendements ? Dans l’idéal, tout le monde aimerait récolter des rendements élevés année après année. Mais il y a toujours une part de risque lorsqu’on investit. Et finalement, on sait si un placement était bon ou pas à la fin, à l’heure du bilan. Ainsi, la clarification de votre situation actuelle, de vos besoins futurs en capital et de votre tolérance au risque déterminera la répartition de vos investissements entre les différentes classes d’actifs.

Et le compromis risque / rendement

Sachez aussi que la possibilité de rendements plus élevés se fait au détriment d’un plus grand risque de pertes. C’est ce qu’on appelle le compromis risque / rendement. Vous ne pouvez pas éliminer le risque, mais vous pouvez l’optimiser en fonction de votre situation individuelle et votre style de vie. Par exemple, le jeune diplômé de 25 ans qui n’a pas à dépendre de ses investissements pour gagner un revenu peut se permettre de prendre de plus grands risques dans la recherche de rendements élevés. D’autre part, la personne qui approche de la retraite doit se concentrer sur la protection de ses actifs et en tirer des revenus fiscalement avantageux.

En règle générale, plus vous pouvez supporter de risques, plus votre portefeuille sera agressif. Vous pourrez ainsi consacrer une part plus importante aux actions et moins aux obligations et autres titres à revenu fixe. Inversement, moins vous pouvez assumer de risques, plus votre portefeuille sera conservateur. L’objectif principal d’un portefeuille conservateur étant de protéger sa valeur.

Étape 2 : Réaliser votre portefeuille

Une fois que vous avez déterminé la bonne répartition de vos actifs, vous devez répartir votre capital entre les classes d’actifs appropriées. À la base, ce n’est pas difficile, il y a les actions et les obligations par exemple. Mais vous pouvez encore décomposer les différentes classes d’actifs en sous-classes, qui présentent également des risques et des rendements potentiels différents. Par exemple, un investisseur peut diviser la part des actions de son portefeuille entre différents secteurs industriels et sociétés de capitalisations boursières différentes. Il peut aussi choisir des actions nationales et étrangères. La portion obligataire pourrait par exemple être répartie entre celles qui sont à court terme et à long terme.

Choisir vos actifs et vos titres

Il existe plusieurs façons de choisir les actifs et les titres pour réaliser votre stratégie de répartition d’actifs. Choisissez des titres qui sont en accord avec le niveau de risque que vous souhaitez prendre dans la partie actions de votre portefeuille. Et analysez les sociétés pour déterminer ses opportunités et ses risques à l’avenir. Ceci vous oblige à surveiller régulièrement les variations de prix de vos avoirs et à rester au courant des actualités de chaque entreprise ciblée et de l’industrie ciblée. Lors du choix des obligations, plusieurs facteurs doivent être pris en compte, notamment le coupon, l’échéance, le type d’obligation et la cote de crédit, ainsi que l’environnement général des taux d’intérêt.

Pour ce qui est des fonds communs de placement, ils sont disponibles pour un large éventail de catégories d’actifs et vous permettent de détenir des actions et des obligations qui sont recherchées et sélectionnées par des gestionnaires de fonds. Si vous préférez ne pas investir dans des fonds communs de placement, les fonds négociés en bourse sont une alternative viable. Les FNB sont essentiellement des fonds communs de placement qui se négocient comme des actions. Ils sont similaires aux fonds communs de placement dans la mesure où ils représentent un large panier d’actions, généralement regroupées par secteur, capitalisation, pays, etc. Mais ils diffèrent par le fait qu’ils ne sont pas gérés activement. En fait, ils suivent plutôt un indice choisi ou un autre panier d’actions.

Étape 3 : Réévaluer les pondérations du portefeuille

Une fois que vous avez un portefeuille établi, vous devez l’analyser et le rééquilibrer périodiquement. En effet, les changements dans les mouvements de prix peuvent faire changer vos pondérations initiales. Pour évaluer la répartition réelle des actifs de votre portefeuille, catégorisez quantitativement les investissements et déterminez la proportion de leurs valeurs par rapport à l’ensemble.

Les autres facteurs susceptibles de changer avec le temps sont votre situation financière actuelle, vos besoins futurs et votre tolérance au risque. Si ces choses changent, vous devrez surement ajuster votre portefeuille en conséquence. Si votre tolérance au risque a chuté, vous devrez peut-être réduire le nombre d’actions détenues. Au contraire, si vous êtes maintenant prêt à prendre plus de risques, là aussi cela changera la donne dans votre portefeuille.

Pour rééquilibrer, vous devez déterminer quelles sont vos positions qui sont surpondérées et sous-pondérées. Par exemple, supposons que vous déteniez 30% de vos actifs actuels dans des actions à petite capitalisation. Votre allocation d’actifs suggère que vous ne devriez avoir que 15% de vos actifs dans cette classe. Le rééquilibrage consiste donc à déterminer la part de ces actions à petite capitalisation que vous devez réduire et allouer à d’autres classes.

Étape 4 : Rééquilibrer stratégiquement

Une fois que vous avez déterminé quels titres vous devez réduire et de combien, vous devez décider quels titres sous-pondérés vous achèterez avec le produit de la vente des titres surpondérés. Pour choisir vos titres, utilisez les approches décrites à l’étape 2.

Lors du rééquilibrage et du réajustement de votre portefeuille, prenez un moment pour considérer les implications fiscales de la vente d’actifs à ce moment particulier car vous pourriez devoir payer des impôts sur des gains en capital importants. Dans ce cas, il pourrait être plus avantageux de ne pas apporter de nouveaux fonds à cette classe d’actifs à l’avenir tout en continuant à contribuer à d’autres classes d’actifs. L’idée étant au final de payer le moins d’impôts possible au moment de la vente de certains actifs.

Dans le même temps, tenez toujours compte des perspectives de vos titres. Si vous soupçonnez que vos actifs surpondérés sont prêts à chuter, vous voudrez peut-être les vendre malgré les impôts à payer. Les opinions des analystes et les rapports de recherche peuvent être des outils utiles pour évaluer les perspectives de vos avoirs. À vous ensuite de déterminer ce qui reste le plus rentable pour vous.

Pour conclure cet article sur les 4 étapes à suivre pour bâtir un portefeuille rentable :

Tout au long du processus de construction de votre portefeuille, il est essentiel que vous mainteniez une diversification de vos actifs. Il ne suffit pas simplement de détenir des titres de chaque classe d’actifs. Vous devez également vous diversifier au sein de chaque classe. Assurez-vous que vos avoirs au sein d’une classe d’actifs donnée sont répartis sur un éventail de sous-classes et de secteurs industriels. Dans l’ensemble, un portefeuille bien diversifié est votre meilleur pari pour la croissance cohérente à long terme de vos investissements.

Retrouvez-nous sur Instagram ou Facebook et rejoignez la communauté de #TradersRentables
Si vous voulez tout savoir sur le trading et obtenir un enseignement complet, inscrivez- vous à nos formations pour débutants !

moyenne de 5 pour 1 vote(s)

Démarrez et augmentez vos revenus grâce aux actions les plus profitables

Obtenez une stratégie de trading gagnante, rejoignez une communauté de Traders Rentables et devenez rentier.