New York Stock Exchange

Devenu aujourd’hui incontournable, car solidement ancré dans l’imaginaire collectif, le New York Stock Exchange, plus généralement appelé la Bourse de New York, est considéré comme la place boursière la plus importante du monde. Nous vous proposons de découvrir les anecdotes et singularités de cette institution. 

Véritable emblème de la finance new-yorkaise et américaine, le New York Stock Exchange (NYSE) existe officiellement depuis le 8 mars 1817. Cette bourse fait partie des plus importantes du monde. Elle est en tout cas celle dont le prestige est le plus retentissant, si bien que les non-initiés l’appellent très souvent Wall Street, alors qu’il s’agit simplement du quartier où elle se situe à Manhattan. 

Et pour cause, le volume d’actions du NYSE représente le plus important marché d’actions des États-Unis, et le total des capitalisations boursières des compagnies qui y sont cotées surpasse celui du NASDAQ (30 000 milliards de dollars en 2019, dix fois le montant de la bourse de Paris). Aujourd’hui, l’institution assure la cotation des actions de plus de 2 000 sociétés.

La création de la place financière remonte à 1792, date à laquelle 24 courtiers (ou agents de change) new-yorkais se réunirent sous un platane devant les numéros 68-70 de la rue pour faire des transactions financières. Au moment de sa naissance, seulement 5 valeurs sont cotées (deux actions de banques et trois obligations d’Etat), mais dès 1817, on peut déjà investir dans plus de 380 000 actions. Ils se développent et se trouvent ensuite un nom, le New York Stock and Exchange Board. Par la suite, le marché boursier s’est développé avec l’industrialisation fulgurante du pays, et n’a cessé de croître jusqu’à l’avènement de la mondialisation qui a consacré sa domination sur les marchés financiers.

Mais malgré sa puissance, sa renommée et le fait qu’il soit à la pointe de la technologie, le New York Stock Exchange est l’un des derniers marchés – d’une telle ampleur – à ne pas être entièrement électronique. Il a en effet gardé quelques cotations à la criée.

Le poids du Dow Jones

L’indice phare que possède le NYSE est sans aucun doute le Dow Jones. En 1884, le journaliste Charles Dow publie une liste de onze actions de référence au New York Stock Exchange, principalement des compagnies de chemins de fer. Cet indice est ensuite remodelé pour inclure les valeurs industrielles, puis devient en 1896 officiellement l’indice Dow Jones Industrial Average. C’est le plus vieil indice boursier du monde. Aujourd’hui, il comprend 30 entreprises importantes (telles Apple, Nike ou Walt Disney), qui ont changé avec le temps. Des douze entreprises originelles plus aucune n’est encore présente, General Electric l’ayant quitté en 2018. Elle figurait de manière ininterrompue dans l’indice depuis novembre 1907. 

Cet indice est aussi fait de records. Le 19 octobre 1987, il a chuté de 22,6 %. C’est la plus forte baisse enregistrée en une journée dans toute l’histoire des marchés financiers. On appelle ce jour le « deuxième lundi noir ». Dix ans plus tard, le 27 octobre, à la suite d’une baisse de 554,26 points de l’indice du Dow Jones, les fonctionnaires chargés du commerce utilisent pour la première fois le « disjoncteur » (ou circuit breaker) pour faire cesser les échanges.  Il s’agit d’une mesure pensée pour limiter les ventes de panique sur les bourses américaines en interrompant temporairement les transactions lorsque les prix atteignent des niveaux prédéfinis.

Le NYSE a déjà fermé pendant quatre mois

En parlant de rupture, alors qu’une telle chose semble impossible dans le monde de la finance, le New York Stock Exchange a bel et bien fermé ses portes pendant un peu plus de quatre mois. Une décision si singulière ne pouvait être prise que pour un événement extraordinaire, et pour cause, c’était pendant la Première guerre mondiale. Le 18 juillet 1914, la bourse de la grosse pomme a fermé ses portes et interrompu son activité pour participer à l’effort de guerre (vente des bons du trésor). Il n’a rouvert que le 28 novembre. C’est à ce jour la plus longue période de fermeture de toute l’Histoire de la bourse. Mais ce n’est pas la seule fois que le NYS a été mis à l’arrêt. 

En effet, plusieurs événements ou incidents ont contraint la fermeture de la place boursière pendant quelques jours. D’abord en 1888 à cause d’une panne de courant due aux conditions météorologiques. L’attentat du 11 septembre 2001 et l’ouragan Sandy qui a ravagé la côte Est des États-Unis en 2012 ont également interrompu les transactions boursières effrénées habituelles. 

A l’abri des regards

Les attentats du World Trade Center, qui ont causé la mort de plus de 2 900 citoyens américains, sont également la raison principale pour laquelle les locaux du NYSE sont inaccessibles au public. Mais avant cet événement, les lieux étaient bels et biens ouverts aux touristes et autres curieux. Ces derniers, attirés par l’aura de cette place boursière, pouvaient aussi bien visiter le bâtiment (qui fut lors de son inauguration le plus grand espace intérieur de tout le pays) qu’observer la salle des marchés en pleine action. Aujourd’hui des clôtures de sécurité empêchent tout accès au site. Les seules personnes autorisées à l’intérieur sont les courtiers et les employés.

Cependant, les non-initiés ne manquent en réalité pas grand-chose puisqu’en raison des progrès technologiques, très peu de transactions effectuées au New York Stock Exchange se font encore sur place sur le parquet lui-même. De nos jours, plus de 90 % des transactions se passent en ligne. Dans l’histoire du NYSE, une intrusion a beaucoup marqué les esprits, celle d’Abbie Hoffman le 24 août 1967. Lui et son groupe d’anarchistes ont fait irruption dans la salle des changes. Ils ont jeté des faux billets de banque sur les gens qui se trouvaient en contrebas, créant un imposant mouvement de foule. Depuis, des barrières ont été placées à cet endroit pour éviter que cela se reproduise.

Une adhésion record 2005

Au cœur de ce temple de la finance, des milliards de dollars sont échangés quotidiennement sur le marché du New York Stock Exchange. Fort de ce rayonnement international incontesté, le NYSE attire les courtiers les plus ambitieux du monde. Mais le droit d’entrée est cher, car il faut en effet une “adhésion” pour pouvoir y effectuer des transactions (négocier sur le parquet même de la bourse new-yorkaise : on appelle cela “acheter un siège”). Aucun des 1 366 courtiers admis n’échappent à cette règle.
Pour la petite histoire, le record du montant d’une adhésion a été atteint il y a près de 15 ans, en 2005. Le premier décembre de cette année-là, une seule adhésion a été vendue à 4 millions de dollars. Le record avant cela, établi en 1987, était de 1,5 million de dollars. Il faut savoir qu’en moyenne, plus de 1,5 milliard de titres y sont échangés chaque jour lors d’une séance officielle ouverte de 9 h 30 à 16 heures locales (15 h 30 à 22 heures, heure de Paris).


La crise de 1929

Impossible de parler du New York Stock Exchange et de son Histoire sans évoquer cet événement sans précédent que fut le krach boursier de l’année 1929, tant il fut l’accident économique le plus important de l’Histoire du XXe siècle. La crise prend donc place à New-York, plus précisément au cœur de la bourse de la grosse pomme. Entre le 24 et le 29 octobre, prise dans un tourbillon de panique des courtiers, celle-ci s’effondre. Cet effondrement touche les banques américaines impliquées dans une forte spéculation, qui font faillite, et ne peuvent plus accorder de crédits aux industriels. Le Dow Jones justement chute de 25% à ce moment-là et perd 30 milliards de dollars en valeur marchande. Sa chute se poursuivra pendant trois autres années avant de culminer le 8 juillet 1932 à 41,22, son taux le plus bas. Il perd près de 90 % de sa valeur par rapport aux sommets atteints durant l’été 1929.
Ce krach a bien sûr eu de graves conséquences qui dépassent le simple cadre des marchés financiers : notamment l’échec de milliers de banques et la perte d’emplois pour près du quart de la main-d’œuvre. On estime que des millions de personnes ont perdu leurs économies vitales dans la crise de ‘29, car obligés de vendre leurs entreprises et de céder leurs assurances vies. L’économie américaine et mondiale ont été dévastées. Les salaires chutent à l’époque de 42%, le chômage atteint 25% aux États-Unis. La croissance économique diminue de 50% et le commerce mondial de 65%. Déflation oblige, les prix chutent de 10% par an entre 1929 et 1933. Les conséquences sont multiples dans le monde entier. C’est en effet la misère causée par le krach qui a permis la montée du nazisme en Europe. 

Mais les tenants du marché ont retenu la leçon. Pour redorer l’image de la bourse et redonner confiance aux épargnants, de nouvelles règles sont mises en place, ainsi apparaissent la Federal Deposit Insurance Corporation (1933) et la Securities and Exchange Commission (1934), qui sont les premières protections juridiques et légales pour les investisseurs.

Découvrez notre Nouvelle Formation 100% gratuite pour démarrer et réussir sur les marchés financiers.

moyenne de 5 pour 3 vote(s)

Démarrez et augmentez vos revenus grâce au trading

Obtenez une stratégie de trading gagnante, rejoignez une communauté de Traders Rentables et encaissez vos premiers gains..