Avec la propagation du coronavirus s’ajoute aujourd’hui une chute du prix du baril de pétrole et une crise politique qui entraîne une descente aux enfers des marchés. Voici le point sur les événements du week-end.

 

GUERRE DES PRIX DU PÉTROLE

La bourse, c’est une histoire de loi d’offre et de demande. D’acheteurs en compétition avec des vendeurs. Si il y a trop de demande et peu d’offre, le prix monte. Et si il y a trop d’offre et peu de demande, le prix baisse.

La semaine dernière, les pays de l’OPEP, l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole, ont tenu une réunion de crise. L’objet de cette réunion était de convenir d’une baisse conjointe de production de barils afin d’enrayer la baisse des prix.

Rappelons que cette baisse des prix est principalement due au Coronavirus. L’économie chinoise étant grippée depuis la mi-janvier importe beaucoup moins de pétrole que prévu. La Chine représentant 14% de la consommation mondiale de pétrole, le prix du baril s’est effondré depuis quelques semaines.

La Russie, deuxième producteur mondial de pétrole, alliée mais non membre de l’OPEP, n’a pas souhaité prendre part aux accords et a tourné le dos à l’Arabie Saoudite.

En guise de contre-attaque, l’Arabie Saoudite s’est lancé intentionnellement dans une campagne de réduction de ses tarifs de livraison. Le but étant d’augmenter le volume d’exportation et écraser la concurrence.

Résultat de la manoeuvre, les deux contrats pétroliers, le pétrole brut ou WTI, ainsi que le brent, ont enregistré une chute  vertigineuse, perdant 30% en quelques heures. C’est ce que l’on appelle un contre-choc pétrolier en jargon économique.

 

GAME OF THRONES EN ARABIE SAOUDITE

À la crise pétrolière et au coronavirus s’ajoute une grave crise politique au sein de la puissante Maison Al Saoud. Hier, la garde royale a mis en état d’arrestation trois membres de la famille royale pour tentative de coup d’Etat.

Les comploteurs supposés auraient cherché à évincer le prince Mohammed ben Salmane, fils ainé du roi Salmane ben Abdelaziz, héritier du trône d’Arabie Saoudite.

Purge à la cour, avec l’arrestation de membres de la famille royale et d’autres dignitaires, dont les princes Mohammed ben Nayef (neveu du roi), Ahmed ben Abdelaziz (le frère du roi), Nawad ben Nayef (le frère cadet du prince). Le prince héritier Mohammed ben Salmane s’assure ainsi l’élimination de tout rival potentiel.

Le roi est apparu en bonne santé dans les médias d’État afin de démentir les rumeurs sur sa mort présumée qui commençait à fuser parmi la population.

Un scénario d’intrigues véritablement digne d’une saison de Game Of Thrones !

 

ALERTE ROUGE SUR LES MARCHÉS FINANCIERS !

La propagation du coronavirus, ajouté à ce violent contre choc pétrolier et cette crise politique ont fait dévisser toutes les bourses des pays du Golfe. L’Arabie Saoudite, le Koweit, les Émirats Arabes Unis, Dubaï, ont enregistré des baisses spectaculaires de 7 à 10%.  Le Koweit ayant été le premier à suspendre ses cotations pour éviter un effondrement trop brutal.

Comme nous le disions, les contrats pétroliers ont chuté de 30%.

En période de stress, les investisseurs se ruent sur la devise japonaise, le yen, considérée comme une valeur refuge. Résultat, la montée du Yen a fait dévisser le Nikkei à la bourse de Tokyo qui s’est effondrée de 5,4%.

L’or a touché un plus haut à 1704 $.

Dépréciation également du dollar US, ayant engendré une volatilité extrême et une chute des rendements obligataires américain. Purge sur les futures des indices américains. La perte de 5% en quelques heures sur le S&P, le Nasdaq et le Dow Jones avant l’ouverture ayant activé les coupes-circuits, la bourse de Chicago a suspendu les cotations futures lundi matin et interdit la vente à découvert. Ceci encore une fois afin d’éviter un flashcrash.

En Europe, dégringolade générale avec des pertes de presque 8-10% à l’ouverture. Les systèmes informatiques d’Euronext sont parvenus par miracle à afficher les cotations à l’ouverture des marchés. Plusieurs actifs ayant vu leurs cotations continues démarrer avec un certain retard technique.

Les banques mondiales ont toutes placé leurs salles de marchés en alerte.

Les marchés sont maintenant dans l’attente de mesures d’exceptions, de directives claires des banques centrales ou des gouvernement alors que la semaine débute sur un lundi noir.

Attention, plusieurs indices européens et asiatiques entrent dans la zone de BEAR MARKET ! C’est à dire en « Marché Baissier ». Terme utilisé lorsque un indice entame plus de 20% de perte depuis son dernier plus haut.

 

IMPACT SUR LE TRADING

Face à cette volatilité extrême et aux risques de shut-down (coupures) de marchés, votre trading peut se retrouver impacté.

De nombreux courtiers se retrouvent une nouvelle fois saturés d’ordres. Des gels de plateformes, d’espace clients et d’impossibilité de passages d’ordres sont à prévoir. Soyez extrêmement prudents !

 

Retrouvez-nous sur Instagram ou Facebook et rejoignez la communauté de #TradersRentables

moyenne de 4.5 pour 11 vote(s)

Démarrez et augmentez vos revenus grâce au trading

Obtenez une stratégie de trading gagnante, rejoignez une communauté de Traders Rentables et encaissez vos premiers gains..